Solitaire 2015 3ème étape

« Il fallait être devant… »

C’est la dure loi de La Solitaire du Figaro Eric Bompard Cachemire, au-delà du talent il faut aussi un zest de réussite. Certes, les deux marins arrivés les premiers à Torquay ce matin (Eliès et Dalin) ont superbement bien navigué, mais les circonstances leur ont donné le petit coup de pouce en plus qui fait que les écarts entre ces deux-là et le reste de la troupe est impressionnant. La faute, ou grâce, à des passages à niveau et des renverses. Gildas Mahé explique tout ça très simplement : « Sur des étapes comme ca il faut être devant, sinon tu n’as que tes yeux pour pleurer ».

Une dorsale en guise de juge de paix

C’est elle qui inquiétait les 39 skippers de la Solitaire au départ de Concarneau dimanche dernier. C’est elle, la fameuse dorsale prévue en Manche, qui était l’objet de toutes les attentions. Finalement, elle a été moins violente que prévue, mais les écarts devant Roscoff se sont se creusés encore un peu plus après son passage. Avec son option à l’est, Gildas Mahé (Qualiconfort – The Beautiful Watch) a perdu davantage de terrain. Même s’il naviguait toujours avec les mêmes et restait dans les 10 premiers, les écarts n’ont cessé de se creuser au fil des milles avec en prime une porte qui se referme avec fracas après le passage de Wolf Rock. Le vent tourne et mollit tandis que la marée renverse. Quand Yann Eliès, Charlie Dalin et Xavier Macaire filent vers la ligne d’arrivée au portant, derrière c’est au louvoyage que les poursuivants progressent. «Tactiquement, j’ai fait des conneries » reconnaît Gildas, «je n’étais pas véloce après Wolf Rock, pas à l’aise non plus. Ils ont vraiment bien navigué, ils sortaient toujours les premiers avec le courant dans le bon sens, derrière, toi, tu ne faisais que perdre du terrain ».
On refait la course Gildas ?
Il faut un peu de temps pour digérer toutes ces heures de retard au classement général et la troisième étape, entre Concarneau et Torquay est au moins aussi indigeste que la première… Alors, Gildas, comme ses copains, fait et refait cette étape assassine. « C’était une belle étape. Après, un bon bord sous spi vers les Birvideaux, c’était sympa. C’est ensuite, jusqu’à l’occidentale de Sein que j’ai ramassé, je n’étais pas inspiré tactiquement. J’ai dû perdre 15 places sur ce bord ! Le passage de Ouessant était magnifique. C’était un passage crucial. Yann se refait, Gwénolé aussi, et puis après on joue avec les cailloux et il ne se passe pas grand-chose jusqu’à la dorsale qui a été le juge de paix. En tête, les premiers passent Wolf Rock avec le courant et nous contre le courant avec deux nœuds contre nous. On est au près tandis qu’ils sont au portant, ça fait énorme comme différence. Après, ils prennent toutes les bonnes renverses. Mais bon, c’est le jeu de la course, il fallait être devant. On va s’appliquer pour la dernière, de toute façon au général je suis cuit. Je n’ai jamais vu ça, de tels écarts ! Je dois faire 15ème à plus de 8 heures ! »
En fait, Gildas Mahé est 12ème au classement général, avec 6 heures, 34 minutes et 39 secondes de retard sur Yann Eliès.

Solitaire 2015 3ème étape

0 Comments